Depuis les temps immémoriaux, sans le savoir ou sciemment,

l'humanité cherche le secret de l' "être" et l'enjeu du "devenir".

Des maîtres-mots agissants furent prononcés et suivirent leurs cours.

L'advenir ne peut pas être surplombé ni dans le présent ni dans le futur.  

Il provoque et inclut questions et réponses, interprétations et actions

qui restent toutes en suspens.

                                                                                 Kostas Axelos Ce qui advient 

              Kostas Axelos (Athènes 1924 Paris 2010) est un philosophe, éditeur et traducteur français d'origine grecque. Editions Encre Marine

Répétition Coltrane Formes  Théâtre Firmin Gémier la Piscine Antony Chatenay Pauline Bigot  Steven Hervouet     2018

            « Nous savons que le mode de pensée ou de connaissance parcellaire, compartimenté, monodisciplinaire, quantificateur nous conduit à une intelligence aveugle, dans la mesure même où l'aptitude humaine normale à relier les connaissances s'y trouve sacrifiée au profit de l'aptitude non moins normale à séparer. Car connaître, c'est, dans une boucle ininterrompue, séparer pour analyser, et relier pour synthétiser ou complexifier. La prévalence disciplinaire, séparatrice, nous fait perdre l'aptitude à relier, l'aptitude à contextualiser, c'est-à-dire à situer une information ou un savoir dans son contexte naturel. Nous perdons l'aptitude à globaliser, c'est-à-dire à introduire les connaissances dans un ensemble plus ou moins organisé. Or les conditions de toute connaissance pertinente sont justement la contextualisation, la globalisation. »

 

                                                                                                 Edgar Maurin

Communication au Congrès International "Quelle Université pour demain ?

Vers une évolution transdisciplinaire de l'Université " (Locarno, Suisse, 30 avril - 2 mai 1997)

« Ce que nous appelons un quanton (un photon par exemple) est formé par la combinaison d’une onde "retardée", qui parcourt le temps dans le sens habituel, et d’une onde "avancée", qui remonte le cours du temps.

Dans l’expérience d’Aspect, les deux photons sont émis par la source sous forme d’ondes retardées à un temps que nous prendrons pour origine, soit donc au temps t = 0. Le photon 1 atteint l’appareil de mesure 1 au temps t1, sa polarisation est alors fixée ; l’appareil 1 émet alors une onde avancée qui remonte le cours du temps pour retrouver au temps 0 le photon 2 à la source ; elle peut à ce moment communiquer au photo 2 la polarisation que celui-ci doit avoir pour que les lois quantiques soient vérifiées. (…)

Costa de Beauregard adopte le point de vue de Wigner en ce qui concerne la "réduction du paquet d’ondes". Il pense que la polarisation du photon n’est fixée que si un observateur voit le résultat de la mesure : comme les ondes avancées remontent le cours du temps, cela permet à l’observateur d’agir effectivement au temps t1 (ou t2 pour le photon 2), et donc finalement, au temps 0. »

 

                                         A propos d'Olivier Costa de Beauregard

                                                                                     ( Physicien1911/2007)

© 2020 Cie EKTOS - France - ektos.co@gmail.com 

  • Facebook Social Icon