Chorégraphe et interprète à l'œuvre

... Ce pas de deux dansé et parlé joue comme une mise au point entre incarnation et réflexion. Au coude à coude, Paré et Boclé se jettent dans ce dialogue avec l'énergie et la fragilité de ceux qui ont beaucoup de choses à dire et à montrer...

Rosita Boisseau, Télérama sortir

Entretien chorégraphique 

Création 2020

Jean-Christophe Paré

Dossier 

JCP JCB Chateauvallon leger.jpg

Jean-Christophe Boclé

Les météores de François Raffinot, Châteauvallon 1993 © Guy Thouvignon

"Un fil qui se continue".

En écho à une amitié datant de leurs débuts de danseurs, Jean-Christophe Paré, interprète, et Jean-Christophe Boclé, chorégraphe, se rencontrent régulièrement afin de questionner tout ce qui concerne la danse, leurs parcours d'artistes, de chercheurs et d'enseignants. Du désir de partager ces conversations avec différents publics est né le projet Entretien chorégraphique

Entretien chorégraphique est une proposition où l’on danse, parle de la danse, des danses et de la manière dont elles se forment. Dès son entrée le public se retrouve dans l'espace-temps de d'une danse en cours d'élaboration. C'est entre le chorégraphe et l'interprète le moment mystérieux de la recherche, de la mise en oeuvre, de l'écoute intérieure et de son incarnation. Gestes et mots traduisent les intentions, éveillent la curiosité, donnent à voir, à ressentir, à imaginer. Les paroles échangées entre les deux protagonistes deviennent progressivement audibles des spectateurs.

 

Il s'agit à ce moment là d'éclairer l'acte créatif, de le faire apparaitre au public comme résultant de nombreux paramètres. Les intentions du Jean-Christophe-chorégraphe et les mémoires multiples du Jean-Christophe-interprète révèlent un jeu d'interactions, d'adaptations, voire de négociations qui donne forme à la chorégraphie. En échos multiples, le vécu des danses et des réflexions de Jean-Christophe Paré avec d'autres chorégraphes* ressurgit, questionnant et complétant la chorégraphie en cours. C'est l'indispensable aparté dansante où se traite la diversité des approches chorégraphiques et la manière dont les mémoires gestuelles nourrissent l'acte de création. 

Revenant à la danse initiale en cours, passant du plateau à la salle, le chorégraphe, riche de nouvelles résonances, prolonge maintenant le travail avec l'interprète, retrouvant la place de premier spectateur et transformant de ce fait les spectateurs en potentiels chorégraphes ! A l'écoute de leurs réflexions la danse se modèlera à nouveau. Chacune, chacun, devenant concerné par cette vibration bien particulière que diffuse une danse en train de s'écrire. 

 

Entretien chorégraphique est un événement à chaque fois renouvelé à l'écoute du lieu d'accueil et de ses publics.

 

La matière chorégraphique issue des répétitions et des présentations d'Entretien chorégraphique sert de fondement aux ligne multiples du projet PARTITION (S) Du décollement des sentiments et des affects, en résonance avec les suites pour violoncelle de Jean Sébastien Bach, actuellement en cours de création. 

Production : EKTOS

Co-production : micadanses - ADDP, Paris

Soutiens : Théâtre Firmin Gémier/La Piscine, Châtenay-Malabry ; MA scène nationale – Pays de Montbéliard ; Théâtre de Beaune, Conservatoire à Rayonnement Intercommunal d'Antony, Conservatoire de Châtenay-Malabry.

 

Entretien chorégraphique : Sortie de résidence MA scène nationale – Pays de Montbéliard, le 11 septembre 2020. 

Entretien chorégraphique #1 Création le 16 septembre 2020 pour le festival Bien fait! à micadanses. 

Entretien chorégraphique #2 : 12 octobre 2020 pour le festival Question de danse KLAP Maison pour la danse Marseille

Entretien chorégraphique #3  Master class / L'expérience du geste chorégraphique : 12 mai 2021 (fin du troisième confinement) dans le cadre de la résidence artistique d'EKTOS au Conservatoire Darius Milhaud d'Antony,

 

Jean-Christophe Paré

C’est au sein du Ballet de l’Opéra national de Paris que Jean-Christophe Paré ouvre le premier acte de son parcours de danseur interprète. Nommé Premier danseur en 1984, il n’en décide pas moins de défendre, au sein du Groupe de Recherche Chorégraphique de l’Opéra de Paris (dès 1981), la possibilité d’ouvrir de nouvelles voies d’exploration du travail de l’interprétation. Il collabore avec de nombreux chorégraphes issus de courants aussi divers que la modern’ dance (P.Taylor ; J.Limon ; T.Tharps), la post-modern dance américaine (A.Nikolaïs ; C.Carlson ; M.Cunningham ; D.Gordon ; K.Armitage ; D.Dunn ; A.Degroat ; L.Childs), la jeune danse française (D.Bagouet ; F.Verret ; R.Chopinot ; P.Découflé ; D.Larrieu ; K.Saporta), la danse expressionniste allemande (S.Linke) et plus tardivement, les danses renaissance (A.Francalanci) et baroque (F.Lancelot). Il met ce socle de connaissances multiples au service de son expertise des projets danse en intégrant le service de l’inspection danse du ministère de la culture (2000-2007). Il y puise les sources de la conception des projets pédagogiques qu’il met en œuvre lorsqu’il dirige les départements danse de l’école nationale supérieure de danse de Marseille (2007-2011) puis du Conservatoire nationale supérieur de musique et de danse de Paris (2014-2018). De ses expériences de concepteur de cursus de formation de danseur dans l’enseignement supérieur, il conserve le goût pour une transmission des œuvres croisant les problématiques propres aux processus d’écriture contemporaine.

Jean-Christophe Boclé

Formé en danse classique au CNSMD de Paris, Jean-Christophe Boclé étudie en même temps la Cinétographie Laban (notation du mouvement) avec Jacqueline Challet Haas. Il part ensuite à Londres puis à New York pour finaliser ses connaissances en Cinétographie et continuer ses apprentissages d’interprète en classique et contemporain. Comme interprète, il participe à la fondation par Francine Lancelot de la Cie Ris et Danseries et danse dans la plupart des pièces marquantes de cette compagnie, Bal et Ballets, Hyppolite et Aricie, Bal à la Cour, Atys, La Suite d'un gout étranger (Bagouet, Degroat, Kovic, Raffinot), Caprice, Tempore et mesura, Le Malade imaginaire..., travaillant parallèlement avec François Raffinot pour la Cie Barocco sur des données contemporaines, Passacailles, Garden Party, Platée, Les météores... Au début de cette période il passe une année au CNDC d'Angers auprès de Viola Farber et réalise ses premiers essais chorégraphiques. Il travaille avec Jean Pomarès, Odile Duboc, Kilina Cremona, Marc Vincent, Marie Geneviève Massé pour le baroque. Parallèlement il développe son travail de composition, d'écriture et d'improvisation, tout en suivant une formation en technique F.M. Alexander à Paris. Il rejoint ensuite pour deux saisons François Raffinot au CCN Haute Normandie avant de prendre son indépendance. Il devient chorégraphe pour EKTOS en 1995, suivront une vingtaine de pièces, dernière réalisation, Chopin MATERIALS, Céleste/Terrestre, KHOREIA, ColtraneFormes, et actuellement D&PLI. Il chorégraphie par ailleurs pour le cinéma, Ridicule de Patrice Leconte, pour l’opéra Castor et Pollux de Rameau et met en scène Via Cruxis de Liszt ainsi qu’Antigone recrucifiée d’Alexandros Markéas. Il conçoit et met en scène l'Hommage à Francine Lancelot au CND en 2011. Participe au projet Tumulus Ph. A. Braschi. Deux projets de Recherche en Danse ont été soutenus par le Ministère de la Culture en 1997 et 2003. Bourse Beaumarchais en 2003. 

La transmission et l'action culturelle s'inscrivent dans son travail comme des extensions de sa création.

201012-1179__klasico_©mariemaquaire.jpg

Présentation KLAP Maison pour la danse Marseille  Festival Question de danse © Marie Maquaire

Entretien chorégraphique # 1 / création / micadanses / Bien fait !

16 septembre 2020 / Résumé par extraits 

Entretien chorégraphique # 3 Master class  L'expérience du geste chorégraphique CRI ANTONY 12 mai 2021