-Nommer, nombrer, interpréter-

L'émergence du chorégraphique entre mémoires et advenant

Dans cette proposition je m'attelle à organiser des cartographies fractales, des espaces hors temps devenant réceptacles où ressenti et sentiment sont perçus comme des matières friables se détachant, se décollant de nos Êtres par le truchement de la vibration et de la forme.

J'invite le spectateur à percevoir la musique et la danse, dans leurs flux, conjointement et réciproquement, comme filtres et substrats.

Jean-Christophe Boclé

Du décollement du sentiment et des affects PARTITION(S) 

Suites 5 et 6 pour violoncelle de Jean-Sébastien Bach

 

Création 2021/22

Répétition du 02 01 au TFGLP ©EKTOS

Capture d’écran 2021-08-10 à 23.52.21.png

Modèle et singularités

Partant de l'idée que le décollement des sentiments et des affects se produit par la vibrations, ce projet met en résonance les Suites pour violoncelle de Jean-Sébastien Bach et des processus chorégraphiques qui opèrent par le biais de modèles géométriques, textuels, chromatiques, "notationnels" dont certains ont été explorés au cours de mes précédentes créations. Entre autres : une approche organique étayée par des cartographies corporelles, un travail sur des textes particularisés, un process intériorisé de dictée chorégraphique, une interprétation de figures colorées préalablement réalisées à partir de séquences musicale, des éléments de Cinétographie Laban...

Tout cela viendra nourrir le jeu des interactions possibles entre chorégraphie et musique en donnant à la danse un support à multiples entrées lui permettant de traverser avec une certaine distance les affects et les sentiments générés par les successives tensions et résolutions inhérentes à cette musique.

Une façon pour l'interprète de reconnaitre et dépasser sa singularité et en quelque sorte de la confronter au -modèle- à percevoir. 

Un temps pour le spectateur de vivre de l'extérieur et en lui cette même transformation. 

En filigranes, ces Suites pour violoncelle continuent à poser les questions des relations entre abstraction et sentiment, religieux ou non, entre mathématiques et composition musicale, entre beauté et transcendance...

 

Cette proposition à laquelle je me suis attaché depuis longtemps a trouvé ses premières actualisations durant la création du projet Entretien chorégraphique, créé en septembre 2020 avec Jean-Christophe Paré.          

 

Du décollement des sentiments et des affects, PARTITION(S) apparait comme une forme d'aboutissement des expériences réalisées ces dernières années

                                                                                                                                                                                      
Le projet se déroule en trois phases :


- La conception et l'expérimentation de la grande partition et l'élaboration des partitions individuelles,
- Le développement des processus interprétatifs des partitions individuelles et de leurs interactions,
- La mise en œuvres des processus interprétatifs avec des danseurs de styles diversifiés en relation éventuelle avec d'autres compagnies.
Chaque phase donnera lieu à une création 

Création de la phase 1 avec Léa Lansade, Jean-Christophe Paré et Elena Andreyev le 11 mars 2022 au Théâtre de Beaune. 

Conception et chorégraphie : Jean-Christophe Boclé
Danseurs pour la phase 1 : Jean-Christophe Paré, Léa Lansade
Danseurs pour la phase 2 : Jean-Christophe Paré, Léa Lansade et deux danseurs
Musique : Suites pour violoncelle de Jean-Sébastien Bach. Suites V et VI pour la phase 1
Interprète et conseillère musicale : Elena Andreyev
Notatrice : en cours
Création lumière : en cours


Production (en cours)

Partenaires confirmés : Théâtre Firmin Gémier/La Piscine, Châtenay-Malabry, Théâtre de Beaune, micadanses - ADD Paris, Conservatoire à Rayonnement Intercommunal d'Antony dans le cadre de la résidence d'EKTOS en 2021. Abbaye de Royaumont dans le cadre des accueils incubation. 

 

Le projet est soutenu par la DRAC Ile de France 

 

Dossier sur demande

ektos.co@gmail.com