Coltrane Formes

L'entre deux des êtres

Création 2018

"Jean-Christophe Boclé fait de la danse jazz. De la vraie danse contemporaine et du vrai jazz… Ce qui oblige à résoudre une équation redoutable : composer la danse en écho à une musique en permanente invention. Brillant." - Philippe Verrièle

 

Coltrane Formes, 2018. © Gildas Boclé

A la croisée d'une danse qui déploie ses élans intérieurs et d'un jazz actuel qui se réapproprie les thèmes de A love Supreme de John Coltrane.


Dans cette pièce la confrontation à un travail chorégraphique contemporain structuré, performatif, actuel, offre au public des espaces d’imaginaires non référencés dans lesquels se déposent les mémoires.

Coltrane Formes pose la chorégraphie comme objet/sujet palpable ayant ses données propres et résonant avec la musique, elle est élaborée à partir du croisement entre les dialogues intérieurs de chaque interprète. Ouvrir l’entre deux et faire émerger des gammes d’états physiques et mentaux, sortes d’alphabets à partir desquels se construisent les figures, les espaces, les danses faisant naitre un univers où le bruit parasite du monde s’efface, amenant spectateurs et interprètes à voir, à entendre, ce qui répond à l’intérieur de chacun : ce qui de l’ordre du vibrant génère le vivant, le transforme ensuite et l’ouvre pour interroger ce qui advient.


L’idée de Coltrane Formes est née au détour d’une exploration dansée durant laquelle étaient apparus des situations et des états énergétiques inhabituels que nous avions finalement appréhendés comme pouvant définir un «entre deux des êtres». Quelques jours plus tard la connexion se faisait avec la musique de John Coltrane, lorsque jouant de manière impromptue le thème de Lonnie’s Lament, le contrebassiste donnait en quelques secondes, un support, une raison d’être, au désir de créer déjà existant.
 

L’histoire de chacun est comme une signature sous tendue par des mots, ceux qui nous touchent, ceux de notre langage et par des mots invisibles, non audibles, dont certains n’existeraient pas si la danse ne nous les offrait.

Une pièce qui ouvre, qui emmène, surprend, accompagne, décale dans une écoute certaine.

Critique de Philippe Verrièle pour Danser Canal historique - http://dansercanalhistorique.fr/?q=content/coltrane-formes-de-jean-christophe-bocle

Coltrane Formes Théâtre Firmin Gémier la Piscine Antony Chatenay

Teaser 06 11 2018

Coltrane Formes Théâtre Firmin Gémier la Piscine Antony Chatenay

Captation complète 06 11 2018

Distribution

Conception Chorégraphie : Jean-Christophe Boclé

Danse : Pauline Bigot, Steven Hervouet

Musique : Nelson Veras, guitare, guitare électrique, Simon Bernier, batterie,

Gildas Boclé,  contrebasse, basse électrique, Ricardo Izquierdo, saxophone.  

Compositions : John Coltrane / Lonnie's lament.

A love supreme : Acknowlegement, Pursuance, Resolution. Naïma. Mars/Venus.

Lumières : Sébastien Canet, Delphine Gruer

Durée : 1h05

Partenaires      

Art  Danse CDCN Dijon Bourgogne -Théâtre Municipal de Beaune-Festival Art Danse / Théâtre Firmin Gémier la Piscine Antony Chatenay / MICADANSES /

Soutiens

Centre national de la danse Pantin : Résidence dans le cadre de Edition Spécial#1/ Conservatoire Darius Milhaud d'Antony.

DRAC Bourgogne Franche Comté

© 2020 Cie EKTOS - France - ektos.co@gmail.com 

  • Facebook Social Icon